Des Posiens « singuliers » !

Marraine, notre doyenne de l’Eure en 1988

Poses a accueilli de multiples centenaires dont les portraits figurent dans la salle du conseil municipal de la commune. Il y a longtemps… « Marraine » pour les Posiens, Juliette ROUSSELIN, née en 1878 et partie en 1983, doyenne de l’Eure, habitant le Mesnil de Poses, est un personnage qui a compté… En 1988, la municipalité lui rendait honneur, et 5 années plus tard, à l’âge de 105 ans, elle devint doyenne de l’Eure ! Une cérémonie eut lieu sous la conduite de Hubert LABROUCHE, Maire du village, en présence de François LONCLE Député, de Bernard LEROY alors Conseiller Général. Le Président GISCARD-D’ESTAING envoya ses voeux pour l’anniversaire de Marraine. Un moment qui a compté comme tant d’autres… L’histoire de Juliette a été tellement riche et a traversé tant d’époques : Elle a connu le premier vélo arriver à Poses, le facteur venant du Vaudreuil alors… que dire…! Batelière, avec son mari, elle ira voir les spectacles parisiens pendant ses escales batelières… le Moulin Rouge, le Chatelet… à Paris ! Vous trouverez ci-après les articles de presse relatant son dernier anniversaire ! pour la mémoire…

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est anniv-105-ans-marraine.png

Marcel NIQUET, peintre posien de talent !

Selon extrait de l’ouvrage « Le village de Poses sous la IIIe république » (Hubert LABROUCHE)

Marcel NIQUET naquit à Poses en 1888 au milieu d’une famille de 6 enfants, en bord de Seine, où son père était boulanger. Après de bonnes études à l’école primaire du village, il acquit une profonde culture personnelle et très tôt, il commença à peindre et à dessiner.

C’est alors qu’installé à peindre sur le chemin de Halage, il fut remarqué par un peintre en séjour à Poses, SINIBALDI, 1er second prix de Rome qui, frappé par ses dons naturels, lui donna des leçons. Plus tard, il eut comme relation des peintres normands de l’Ecole de Rouen, TIRVERT et Léon SUZANNE qui fréquentaient le site pittoresque de Poses et qui ne manquèrent pas de l’influencer. De là, naquit une solide amitié.

Autoportrait de Marcel NIQUET (dessin)

La première exposition à Rouen à la galerie LEGRIP en 1909 connut, tant du public que des critiques, un réel succès. Puis ce furent d’autres expositions à Rouen, aux Andelys, à Yvetot, à Paris au Salon des Indépendants.

Toile (Marcel NIQUET)

Il vécut toute sa vie de sa peinture mais mena une existence simple, rustique et des plus modestes. Son œuvre est immense : plus de 2 200 tableaux… des huiles, des aquarelles, des dessins au fusain, à la plume… des paysages, des natures mortes, des portraits. Il peut exceller dans bien des genres, ses neiges emportent souvent les suffrages, et pourtant son œuvre est large, diversifiée.

Imprégné de l’environnement dans lequel il vivait en parfaite harmonie, Marcel NIQUET était un observateur scrupuleux : un pêcheur par un matin d’été lorsque les volutes de brume se mélangent à la verdeur des îles, un remorqueur et ses péniches perdues dans le brouillard d’un matin d’hiver, la Seine, ses rives et ses barques sous la neige ou au contraire tout éclatant sous un soleil estival, des visages croqués sur le vif de  « ceux de mon village »… des personnages dont les  sobriquets résonnaient dans la tête des Posiens de cette époque… impossible pour un Posien amoureux de son village de ne point être sensible aux œuvres de Marcel NIQUET.

Toile (Marcel NIQUET)

Posien de souche, très imprégné de la vie du village dont il fut, pendant de nombreuses années conseiller municipal entre 1926 et 1959, et un ardent défenseur de l’école laïque, il aimait l’atmosphère des rencontres humaines. Les capitaines de Poses étaient ses meilleurs amis et il parlait volontiers le patois des vieux du village.

Et au cours des cérémonies, au conseil municipal, à la distribution des prix, à l’église, il ne manquait pas d’esquisser sur son bloc-notes les visages des hommes et femmes qui l’entouraient : Conseiller, percepteur, député, humble habitant, vieux marinier.

Quant à la personne, laissons parler Marcel DUMONTIER, auteur du livre « Poses mon beau village » dont Marcel NIQUET fut avec BRAULT, l’un des illustrateurs :

«D’une taille au-dessus de la moyenne, la physionomie avenante et rieuse, le regard vif et perçant, le front large, la chevelure blonde, abondante et naturellement ondulée, tel est, au physique, Marcel Niquet.

Au moral : une profonde modestie, alliée à une absolue droiture d’esprit et de cœur, un caractère toujours égal et enjoué, une intelligence développée et une opiniâtre ténacité ».

Toile (Marcel NIQUET)

Si la peinture qu’il aimait tant ne lui apporta guère la richesse, il est réconfortant aujourd’hui de voir sa notoriété reconnue comme peintre de l’Ecole de Rouen.

Marcel NIQUET décédé en 1968 à près de 80 ans repose dans le cimetière communal.

Voir le Livre de l’histoire de Marcel NIQUET en vente à l’association de la Batellerie 

Polin, le comique troupier, en villégiature à Poses

Le « fameux » Polin, chanteur populaire du début des années 1900, avait son pied à terre à Poses.

La Maison Polin (photo François Avenel 2021)

Pierre-Paul MARSALES, plus connu sous le nom de POLIN, possédait à Poses, au début du XXème siècle, face à la Seine, une résidence secondaire sur le mur de laquelle, une discrète plaque témoigne aujourd’hui de sa présence en ce lieu :

Le plaisir et le repos de POLIN

le chanteur troupier populaire

1863 – 1927

Hubert Labrouche en parle ainsi (Selon extrait de l’ouvrage « Le village de Poses sous la IIIe république » – Hubert LABROUCHE) :

Aux beaux jours, c’est à bord de son yacht à vapeur qu’il venait à Poses depuis la Frette-sur-Seine (Seine et Oise) où il résidait habituellement.

Mais qui était ce POLIN ? C’était un chanteur, l’un des plus connus et appréciés de cette époque. C’était surtout un uniforme, troupier d’avant-guerre, un comique irrésistible aux chansons tantôt hilarantes voire grivoises, tantôt touchantes mais toujours exprimant les plaisirs simples, les secrets de cœur ingénu, la nostalgie du pays.

Des centaines de titres, plus de 350, que Polin a chantés, quelques-uns, restés dans la mémoire collective, ont traversé le siècle tels « la caissière du grand café », « la petite tonkinoise », « Mademoiselle Rose » … et « Quand Madelon », immense succès dans les tranchées de 1914-1918 … « quand Madelon vient nous servir à boire… »

Engagé aux Folies Bergère, à l’Empire, à l’Alcazar d’Eté, à l’Ambassadeur, à la Scala (20 ans de présence dans cette dernière)… « l’Olympia » de l’époque… on compte en tout 40 ans de spectacles et de chansons voués au Café-concert.

Personnage de scène, hors du commun, jouissant d’une popularité immense, il fit de nombreux émules dont Raimu et Fernandel.

Au-delà de la scène, il laissa dans les mémoires le souvenir d’un homme simple, d’un homme bon, modeste voire effacé, généreux pour les œuvres publiques. Né en1863, il mourut en 1927.

Et la commune de Poses put mesurer sa générosité, tout au moins celle de sa femme qui, en 1937, exprima ainsi ses dispositions testamentaires : « je lègue la somme de 2 000 francs pour les pauvres de la commune de Poses », legs que la commission administrative du bureau de bienfaisance accepta le 28 février 1937 (à titre indicatif le salaire annuel du garde-champêtre était de 3 600 francs en 1936).

Sans transition… : Un Posien « prend l’eau » en 1984…

Loïc, notre ami posien, est un « type » riche à bien des égards. Petit fils de Monsieur Stock, celui des éditions du même nom, il vous parlerait des correspondances de son grand père avec Tolstoï ou avec Dreyfus…

Il est un « Personnage « , et surtout un ami, qui compte ici : élu posien près d’Hubert pendant 2 mandats en tant qu’adjoint, paysagiste-jardinier, fondateur de « Natura » la jardinerie de Val de Reuil… un « penseur » et « inventeur » aussi. Un grand sportif dans la lignée de son papa Médaillé d’Or aux JO de 1924 en Aviron, il sera au « registre sportif » sur bien des spécialités : les Rallys, tennis-man, prof de ski alpin hors pair, « voileux » et marin sur les bateaux de sa conception souvent, le vol à voile qui a faillit lui être fatal sur les roches d’Amfreville… le vélo et le tandem. Musicien pianiste aussi… Il vaut ce modeste clin d’oeil !

Emplacement 61 chemin de halage - 27740 Poses Téléphone Réservations au 07 85 65 77 58 ou 02 32 61 02 13 E-mail batelleriedeposes@gmail.com Heures Ouvert du 1er avril au 30 septembre du mardi au samedi de 14h00 à 18h00. Sur réservation pour les groupes de plus de 10 personnes du 1er mars au 30 novembre. Nous contacter pour plus de renseignements. Copyright © 2019 - Association des Anciens et Amis de la Batellerie
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close